-A +A

Vermoedens in strafzaken

Printervriendelijke versiePrintervriendelijke versieVerstuur naar een vriendVerstuur naar een vriend
Instantie: Hof van Cassatie
Datum van de uitspraak: 
woe, 21/09/2016
A.R.: 
P.16.0925.F

Het bestaan van de feiten waarop de rechter zijn beslissing steunt, wordt door hem op onaantastbare wijze vastgesteld, en de gevolgen die hij als vermoeden daaruit afleidt worden door de wet aan het oordeel en aan het beleid van de rechter overgelaten; het Hof gaat evenwel na of hij het rechtsbegrip feitelijk vermoeden niet heeft miskend of verdraaid en of hij met name uit de aldus vastgestelde feiten geen gevolgen heeft afgeleid die daarmee geen verband houden of die op grond daarvan niet kunnen worden verantwoord

Publicatie
tijdschrift: 
RABG
Uitgever: 
Larcier
Jaargang: 
2017/1
Pagina: 
40
In bibliotheek?: 
Dit item is beschikbaar in de bibliotheek van advocatenkantoor Elfri De Neve

Nr. P.16.0925.F
PROCUREUR-GENERAAL BIJ HET HOF VAN CASSATIE,
eiser tot intrekking,
in zake van
M. J.,

I. RECHTSPLEGING VOOR HET HOF

De procureur-generaal bij het Hof heeft een vordering neergelegd die luidt als volgt:

"Aan de tweede kamer van het Hof van Cassatie,

Ondergetekende procureur-generaal heeft de eer hierbij uiteen te zetten dat de raadsheer in het Hof die door de eerste voorzitter bij beschikking van 30 juni 2016 (AR P.16.0480.F) is aangewezen, verklaard heeft dat het cassatieberoep dat op 1 april 2016 door de heer J. M., alias P. M., is ingesteld tegen een arrest van het hof van beroep te Luik, correctionele kamer, van 22 maart 2016, niet toelaatbaar is.

De beschikking van 30 juni 2016 stelt vast dat uit de stukken die binnen de termijn van twee maanden volgend op het cassatieberoep zijn neergelegd, niet blijkt dat het cassatieberoep is ondertekend door een advocaat die houder is van het getuig-schrift bepaald in artikel 425, § 1, tweede lid, Wetboek van Strafvordering.

Op het ogenblik waarop de beschikking werd gewezen was de raadsheer die door de eerste voorzitter was aangewezen, niet op de hoogte van het feit dat er een memorie was neergelegd op naam van P. M. (wat overeenstemt met een alias van de eiser), opgesteld door meester Luc Balaes, die daarin melding maakt van zijn hoedanigheid van houder van het getuigschrift bepaald in artikel 425, § 1, tweede lid, Wetboek van Strafvordering. Die memorie is op de griffie ingekomen op 27 mei 2016.

Bijgevolg werd de eiser, door omstandigheden buiten zijn wil, het recht ontzegd om zijn cassatieberoep door het Hof te doen onderzoeken.

Er is grond tot intrekking van de voormelde beschikking van 30 juni 2016.

Om die reden,
vordert de ondergetekende procureur-generaal dat het aan het Hof behage de be-schikking AR P.16.0480.F van 30 juni 2016 in te trekken en uitspraak te doen over het cassatieberoep van de eiser.
Brussel, 18 augustus 2016.

Voor de procureur-generaal,
de advocaat-generaal,
D. Vandermeersch".

Op 9 september 2016 heeft advocaat-generaal Damien Vandermeersch een conclusie neergelegd op de griffie.
Op de rechtszitting van 21 september 2016 heeft raadsheer Benoît Dejemeppe verslag uitgebracht en heeft de voornoemde advocaat-generaal geconcludeerd.

II. BESLISSING VAN HET HOF

A. Vordering tot intrekking

Om de in de vordering van de procureur-generaal vermelde redenen is er grond om de beschikking van niet-toelaatbaarheid van het cassatieberoep in te trekken die op 30 juni 2016 is gewezen door de raadsheer in het Hof die door de eerste voorzitter is aangewezen, die bepaalt dat uit de stukken die werden neergelegd binnen de termijn van twee maanden volgend op het cassatieberoep, niet blijkt dat dit was ondertekend door een advocaat die houder was van het getuigschrift be-paald in artikel 425, § 1, tweede lid, Wetboek van Strafvordering.

Om dezelfde redenen moet uitspraak worden gedaan over het middel dat is aangevoerd in de memorie waarvan een eensluidend verklaard afschrift aan dit arrest is gehecht.

B. Cassatieberoep

Middel

Het middel voert aan dat het hof van beroep niet naar recht heeft beslist dat het bewijs was geleverd van de poging tot diefstal met braak die de eiser ten laste wordt gelegd.

Het bestaan van de feiten waarop de rechter zijn beslissing steunt, wordt door hem op onaantastbare wijze vastgesteld en de gevolgen die hij als vermoeden daaruit afleidt, worden door de wet aan het oordeel en aan het beleid van de rechter overgelaten. Het Hof gaat evenwel na of hij het rechtsbegrip feitelijk vermoeden niet heeft miskend of verdraaid en of hij met name uit de aldus vastgestelde feiten geen gevolgen heeft afgeleid die daarmee geen verband houden of die op grond daarvan niet kunnen worden verantwoord.

Met overneming van de redenen van de eerste rechter en met eigen redenen oor-deelt het arrest dat er ten laste van de eiser ernstige, precieze en met elkaar over-eenstemmende vermoedens bestaan.

Zo vermelden zij eensdeels, dat een schroevendraaier met sporen van zijn gene-tisch profiel op de plaats van de feiten was achtergelaten en dat zijn uitleg daar-over niet geloofwaardig was. Het arrest neemt anderdeels de omstandigheid in aanmerking dat de eiser reeds voor een gelijkaardig feit werd veroordeeld.

Door het enkele bestaan van een vroegere veroordeling wegens gelijkaardige fei-ten tot een vermoeden van schuld te verheffen, heeft het arrest niet kunnen aflei-den, tenzij met miskenning van het begrip vermoeden, dat de aan de beoordeling van het hof van beroep voorgelegde feiten bewezen waren.

Het middel is gegrond.

Dictum

Het Hof,

Trekt de beschikking van niet-toelaatbaarheid in die op 30 juni 2016 onder het rolnummer P.16.0480.F is gewezen door de raadsheer in het Hof die door de eer-ste voorzitter van het Hof is aangewezen en, bij wege van nieuwe beschikkingen,

Vernietigt het bestreden arrest.
Beveelt dat van dit arrest melding zal worden gemaakt op de kant van het vernie-tigde arrest en van de ingetrokken beschikking.
Houdt de kosten aan en laat de beslissing daaromtrent aan de verwijzingsrechter-over.
Verwijst de zaak naar het hof van beroep te Bergen.
Aldus geoordeeld door het Hof van Cassatie, tweede kamer, te Brussel en in openbare terechtzitting van 21 september 2016 

P.16.0925.F
Conclusions de l'avocat général D. Vandermeersch:

I. Antécédents de la procédure.

Par déclaration signée par son conseil, maître Luc Balaes, et faite le 1er avril 2016 au greffe de la cour d'appel de Liège, le demandeur s'est pourvu en cassation contre un arrêt rendu le 22 mars 2016 par la cour d'appel de Liège, chambre correctionnelle.

L'arrêt attaqué renseigne le demandeur comme étant "J.M., né en Yougoslavie le 04 septembre 1994, alias P.M, né à Legnano (Italie), le 3 septembre 1993". La déclaration de pourvoi a été faite au nom de J.M., alias P.M..

En date du 27 mai 2016, le greffe de la Cour a reçu un mémoire établi au (seul) nom de P.M.. Le demandeur y invoque un moyen.

Par ordonnance du 30 juin 2016 (RG P.16.0480.F), le conseiller à la Cour désigné par le premier président a décrété la non-admission du pourvoi formé le 1er avril 2016.

Cette ordonnance constate qu'il n'apparaît pas des pièces déposées dans le délai de deux mois suivant le pourvoi que celui-ci a été signé par un avocat titulaire de l'attestation prévue par l'article 425, § 1er, alinéa 2, du Code d'instruction criminelle.

Par requête reçue au greffe de la Cour le 23 août 2016, le procureur général près la Cour a sollicité la rétractation de l'ordonnance du 30 juin 2016.

II. Examen de la demande en rétractation

Depuis l'entrée en vigueur de la loi du 14 février 2014 relative à la procédure devant la Cour de cassation en matière pénale, le recours à la procédure simplifiée de non-admission du pourvoi organisée par l'article 433 du Code d'instruction criminelle est autorisé lorsque le pourvoi en cassation est manifestement irrecevable, qu'il est (devenu) sans objet ou encore qu'il ne dénonce aucune illégalité ou irrégularité pouvant conduire à la cassation.

Ainsi, la non-admission du pourvoi a été décrétée lorsque la déclaration de pourvoi d'une partie civile n'était pas signée par un avocat et que le pourvoi était, partant, manifestement irrecevable(1).

Le caractère non contradictoire de la procédure de non-admission risque de surprendre le demandeur, lésant ses droits de la défense mais le législateur l'a voulu ainsi dès lors que cette procédure n'est applicable que si, de façon manifeste, son pourvoi n'a aucune chance de succès. En cas d'erreur, une procédure en rétractation peut, à mon sens, être introduite (par exemple, si une procédure de non-admission a été appliquée en raison de l'absence de mémoire, alors qu'un mémoire avait bien été déposé)(2).

En règle, les arrêts par lesquels la Cour statue sur les pourvois en cassation étant réputés contradictoires, ils ne sont pas susceptibles d'opposition(3). Il en va de même des ordonnances de non-admission.

Mais suivant l'article 1113, alinéa 2, du Code judiciaire, l'arrêt qui prononce la cassation peut être rétracté à la requête du défendeur défaillant qui, en raison de l'irrégularité commise dans la signification du pourvoi, n'a pas été mis à même d'y répondre. La Cour peut également rétracter un de ses arrêts lorsqu'elle constate que l'arrêt repose sur une erreur matérielle qui n'est pas imputable au demandeur(4).

La rétractation consiste, pour la Cour, non à réformer ou à compléter l'un de ses arrêts, mais à le retirer avant de statuer par voie de dispositions nouvelles, lorsqu'il apparaît des pièces de la procédure que cet arrêt repose uniquement sur une erreur matérielle, qui n'était pas imputable au demandeur et contre laquelle celui-ci n'a pu se défendre(5).

Ainsi, lorsqu'elle n'a pas eu connaissance du dépôt d'une requête ou d'un mémoire contenant les moyens de cassation et qu'elle a omis de répondre à ces moyens invoqués de sorte qu'en raison de circonstances indépendantes de sa volonté, le demandeur a été privé de son droit à un arrêt qui répond à ce moyen, la Cour, sur réquisitoire du procureur général, rétracte son arrêt de rejet et statue sur le pourvoi par voie de dispositions nouvelles(6). Il me semble que cette jurisprudence doit également s'appliquer à la nouvelle figure de l'ordonnance de non-admission.

En l'espèce, l'ordonnance du 30 juin 2016 constate qu'il n'apparaît pas des pièces déposées dans le délai de deux mois suivant le pourvoi que celui-ci a été signé par un avocat titulaire de l'attestation prévue par l'article 425, § 1er, alinéa 2, du Code d'instruction criminelle.

Cependant, au moment où fut rendue l'ordonnance, le conseiller désigné par le premier président n'avait pas connaissance du dépôt d'un mémoire établi au nom de P.M. (correspondant à un alias du demandeur et identifié comme tel au registre national) rédigé par maître Luc Balaes qui y fait mention de sa qualité de titulaire de l'attestation prévue par l'article 425, § 1er, alinéa 2, du Code d'instruction criminelle.

Dès lors, j'estime qu'en raison de circonstances indépendantes de sa volonté, le demandeur a été privé de son droit à faire examiner son pourvoi par la Cour. Il convient par conséquent que la Cour rétracte l'ordonnance du 30 juin 2016 et qu'elle statue sur le pourvoi par voie de dispositions nouvelles.

III. Examen du pourvoi

A. La recevabilité

Il résulte des mentions figurant sur le mémoire établi au nom de P.M. et reçu au greffe le 27 mai 2016 que l'avocat qui a signé le pourvoi en cassation est titulaire de l'attestation prévue par l'article 425, § 1er, alinéa 2, du Code d'instruction criminelle.

Le pourvoi est, partant, recevable.

B. Le moyen

Le moyen reproche aux juges d'appel d'avoir, par adoption des motifs du premier juge, retenu comme élément établissant la culpabilité du demandeur la circonstance qu'il avait déjà été condamné pour le même type de fait.

La procédure pénale belge a opté pour le système de la libre appréciation de la preuve par le juge, par opposition au système de la preuve légale dans lequel la force probante des moyens de preuves est fixée par la loi. Dès lors que la preuve recueillie est admissible, sa valeur probante est librement appréciée par le juge.

Sauf exception prévue par la loi, il n'existe pas de hiérarchie entre les différents moyens de preuve; le juge est appelé à prendre sa décision à partir de l'appréciation libre de la valeur probante des éléments produits(7).

Cette liberté permet aux cours et tribunaux, à condition de motiver régulièrement leurs décisions, de vérifier la valeur et la portée de chaque mode de preuve, d'en utiliser une pour en détruire une autre, de préférer par exemple un témoignage à une expertise, d'admettre ou même de diviser un aveu, de retenir une déposition comme étant plus convaincante que dix autres en sens contraire, de s'appuyer sur un avis technique, d'en rejeter les conclusions ou de n'y attacher aucune force probante pour le cas d'espèce(8).

Ainsi, la Cour de cassation considère qu'en matière répressive, lorsque la loi n'établit pas un mode spécial de preuve, le juge du fond apprécie souverainement en fait la valeur probante des éléments sur lesquels il fonde sa conviction et que les parties ont pu librement contredire, sans être tenu par telle preuve plutôt que par telle autre. Il lui est ainsi loisible de prendre en considération tous les éléments qui lui paraissent constituer des présomptions suffisantes de culpabilité alors même qu'il existerait dans la cause des éléments en sens contraire, notamment l'absence d'indices. Le juge du fond peut légalement, d'une part, retenir des éléments de fait comme constituant un faisceau de présomptions graves, précises et concordantes établissant la culpabilité et, d'autre part, rejeter comme non déterminants des éléments différents ou contraires invoqués par la défense du prévenu(9).

Toutefois, lorsqu'il examine les preuves et qu'il en tire les conclusions sur le plan de la culpabilité, le juge doit opérer des déductions cohérentes et logiques.

Ainsi, sur le plan du raisonnement judiciaire, le juge ne peut, dans son appréciation souveraine, violer la notion légale de présomption de l'homme, c'est-à-dire qu'il ne peut déduire des faits souverainement constatés par lui des conséquences sans aucun lien avec eux ou qui ne seraient susceptibles, sur leur fondement, d'aucune justification. En effet, le juge pénal ne peut déduire un fait d'autres faits que s'il existe entre eux un rapport certain. Il s'agit d'une exigence résultant des règles régissant l'administration de la preuve en matière pénale et du droit à un procès équitable.

Bien que la Cour de cassation ait considéré que les articles 1349(10) et 1353(11) du Code civil ne s'appliquent pas à la preuve des infractions(12), il me semble que la notion légale de présomption de l'homme telle que conçue par ces dispositions, est une notion applicable de façon générale au raisonnement judiciaire, en ce compris en matière pénale.

Ainsi, la Cour considère que les conséquences que le juge tire, à titre de présomptions, des faits qu'il déclare constants sont abandonnées à sa prudence et relèvent de son appréciation souveraine, mais la Cour contrôle qu'il ne déduit pas de ces faits des conséquences qui seraient sans lien avec eux ou qui ne seraient pas susceptibles, sur leur fondement, d'aucune justification(13).

Dans le cadre de l'appréciation souveraine des éléments de culpabilité qu'il retient, le juge est tenu de respecter le principe de présomption d'innocence, les règles relatives à la charge de la preuve et le droit à un procès équitable

Or, sous peine de tomber dans un déterminisme pénal incompatible avec le principe de la présomption d'innocence, le juge ne peut déduire, de façon abstraite, de l'existence d'une condamnation pénale antérieure, fût-elle pour un fait similaire, une présomption de culpabilité.

A mon sens, la situation serait différente si le juge constatait in concreto des similitudes significatives entre des faits antérieurs et les nouveaux faits reprochés (par exemple, un modus operandi identique), auquel cas cet élément concret et objectif pourrait être retenu, à tout le moins, comme élément corroborant de la culpabilité.

En l'espèce, pour déclarer les faits de tentative de vol à l'aide d'effraction établis à charge du demandeur, les juges d'appel ont, par adoption des motifs du premier juge et par une motivation propre, considéré qu'il existait à charge du demandeur des présomptions graves, précises et concordantes. A ce titre, ils ont retenu, d'une part, la présence du profil ADN du demandeur sur le tournevis abandonné sur les lieux des faits et le caractère peu sérieux de ses explications à ce propos et, d'autre part, le fait qu'il avait déjà été condamné pour le même type de fait.

Il me semble, qu'en élevant au rang d'une présomption de culpabilité, la seule circonstance que le demandeur avait fait l'objet d'une condamnation antérieure pour des faits de même nature, et ce sans constater un lien concret et significatif entre les faits antérieurs et les nouveaux faits reprochés, l'arrêt attaqué n'a pu, sans méconnaître la notion de présomption, déduire que cet élément conjugué à un autre élément constituait ensemble des présomptions graves, précises et concordantes permettant de conclure à la culpabilité du demandeur du chef des faits qui lui étaient reprochés.

Le moyen me paraît fondé.

Je conclus à la rétractation de l'ordonnance de non-admission rendue le 30 juin 2016, sous le numéro de rôle P.16.0480.F, par le conseiller à la Cour désigné par le premier président et à la cassation avec renvoi de l'arrêt attaqué.
__________________
(1) Cass. (ord.), 5 mai 2015, RG P.15.0355.F.
(2) Voy. D. Vandermeersch, "La procédure en cassation en matière pénale. Les modifications apportées par la loi du 14 février 2014 et les modifications envisagées par la loi pot-pourri II, in M. Grégoire (coord.), Les points sur les procédures en cassation, Bruxelles, Bruylant, 2016, p. 38.
(3) Cass. 20 décembre 2006, RG P.06.1579.F, Pas., 2006, n° 667.
(4) Cass. 12 mai 2004, RG P.04.0572.F, Pas., 2004, n° 255; Voy., pour des exemples, R. DECLERCQ, Cassation en matière répressive, Bruxelles, Bruylant, 2015, pp. 763-768.
(5) Cass. 8 septembre 2004, RG P.04.0922.F, Pas., 2004, n° 395.
(6) Cass. 25 septembre 2001, RG P.01.1091.N, Pas., 2001, n° 494; Cass. 12 novembre 2008, RG P.08.1432.F, Pas., n° 630.
(7) M.-A. BEERNAERT, H.-D. BOSLY et D. VANDERMEERSCH, Droit de la procédure pénale, Bruxelles, La charte, 2014, p. 1149. Voy. notamment, en ce sens, Cass. 6 septembre 1971, Pas., 1972, I, p. 12; Cass. 14 avril 1992, Pas., 1992, I, p. 732; Cass. 27 février 2002, RG P.02.0072.F, Pas. 2002, n° 143.
(8) J. DE CODT, "Preuves criminalistiques et preuves judicaires", J.T., 2009, pp. 205-206.
(9) Voy. Cass. 5 janvier 2000, RG P.99.1085.F, Pas. 2000, n° 7; Cass. 21 décembre 2005, RG P.05.0753.F, inédit; Cass. 23 janvier 2008, RG P.07.1437.F, Pas. 2008, n° 53; Cass. 17 décembre 2008, RG P.08.1233F, Pas. 2008, n° 737; Cass. 6 septembre 1971, Pas., 1972, I, 12.
(10) "Les présomptions sont des conséquences que la loi ou le magistrat tire d'un fait connu à un fait inconnu" (art. 1349 C. civ.)
(11) "Les présomptions qui ne sont point établies par la loi, sont abandonnées aux lumières et à la prudence du magistrat, qui ne doit admettre que les présomptions graves, précises et concordantes, et dans les cas seulement où la loi les admet des preuves testimoniales, à moins que l'acte ne soit attaqué pour cause de fraude ou de dol" (art. 1353 C. civ.).
(12) Cass. 25 mai 2004, RG P.04.0189.F, Pas. 2004, n° 281; Cass. 12 décembre 2006, RG P.06.1203.N, Pas. 2006, n° 643.
(13) Cass. 20 décembre 2000, RG P.00.1307.F, Pas. 2000, n° 712; Cass. 30 mai 2007, RG P.07.0421.F, Pas. 2007, n° 284.
 

Noot: 

Van Volsem, F., « Het bewijs in strafzaken door feitelijke vermoedens », R.A.B.G., 2017/1, p. 32-39

Rechtsleer:

• R. Declercq, Beginselen van strafrechtspleging, Mechelen, Kluwer 2014, nr. 2032, p. 867.

• P. Henry, “De l'intime conviction” in Les droits de la défense en matière pénale, Luik, Éditions du Jeune Barreau.

• R. Declercq, Het bewijs in strafzaken, Brussel, Swinnen, 1980, p. 11, nr. 2;

• J. de Codt, “Preuve pénale des infractions”, RPDC 2009, 636;

• D. Holsters, “Over 'in de vlucht' gedane 'vaststellingen' inzake verkeer” in Liber Amicorum Marc Châtel, Antwerpen, Kluwer rechtswetenschappen, 1991, 303, nr. 18.

• P. Traest, Het bewijs in strafzaken, Gent, Mys & Breesch, 1992, nr. 315, p. 175 en nr. 794, p. 407.

• M. Franchimont, A. Jacobs en A. Masset, Manuel de procédure pénale, Brussel, Larcier, 2012, 1158

Gerelateerd
Aangemaakt op: ma, 17/07/2017 - 09:48
Laatst aangepast op: ma, 17/07/2017 - 10:29

Hebt u nog een vraag?

Hebt u nog een vraag in dit verband, klik dan hier om uw vraag aan ons te stellen, of meteen een afspraak te maken voor een consultatie.

Aanvulling

Heeft u een suggestie, aanvulling of voorstel tot correctie met betrekking tot deze pagina? Gebruik dit adres om het te melden.