-A +A

Toepassingsgebied van de verzekeringswet - Luchtvaartverzekering

Printervriendelijke versiePrintervriendelijke versieVerstuur naar een vriendVerstuur naar een vriend
Instantie: Hof van Cassatie
Datum van de uitspraak: 
vri, 18/12/2015
A.R.: 
C.14.0185.F
Publicatie
tijdschrift: 
juridat
In bibliotheek?: 
Dit item is beschikbaar in de bibliotheek van advocatenkantoor Elfri De Neve

Nr. C.14.0185.F
BELGISCHE MAATSCHAPPIJ VOOR LUCHTVAARTVERZEKERIN-GEN, afgekort Belgavia nv,
tegen
1. M. J.,
2. C. F. en
3. F. B.,
4. J. O.,
5. N. O.,

I. RECHTSPLEGING VOOR HET HOF
Het cassatieberoep is gericht tegen het arrest van het hof van beroep te Luik van 14 november 2013.

II. CASSATIEMIDDELEN

De eiseres voert twee middelen aan.
(...)

Tweede middel

Geschonden wettelijke bepalingen

- de artikelen 2 en 86 van de wet van 25 juni 1992 op de landverzekeringsovereenkomst;

- artikel 20, 9°, van de Hypotheekwet;

- algemeen beginsel van het recht van verdediging.

Aangevochten beslissingen

Het arrest beklemtoont in punt 4.2 dat "[de eerste drie verweerders] hun rechtsvordering [tegen de eiseres] uitoefenen, waarbij zij haar veroordeling tot vergoeding van hun schade vorderen; dat die [verweerders] handelen overeenkomstig artikel 86 van de wet van 25 juni 1992 op de landverzekeringsovereenkomst, dat de benadeelde een eigen recht tegen de verzekeraar geeft", en beslist vervolgens dat enkel [de eiseres] ertoe gehouden is de rechthebbenden van wijlen G. F. te vergoeden, met uitsluiting van de erfgenamen van de piloot, die voor het ongeval aansprakelijk is gesteld.

Het arrest veroordeelt de eiseres daarenboven tot vergoeding van de eerste drie verweerders, om alle redenen die hier als volledig weergegeven worden beschouwd, en inzonderheid om de voormelde reden.

Grieven

Eerste onderdeel

De wet van 25 juni 1992 is enkel van toepassing op de landverzekeringen en niet op de luchtvaartverzekeringen, zoals die van het type dat werd afgesloten door wijlen P.O., die onderworpen blijven aan de regels die werden uitgevaardigd door de wet van 11 juni 1874, die de benadeelden geen rechtstreekse rechtsvordering tegen de verzekeraar van de aansprakelijke bieden; het arrest heeft [de eiseres] derhalve niet kunnen veroordelen zonder eerst ook de erfgenamen van de piloot te veroordelen, aangezien de veroordeling van de BA-verzekeraar, met toepassing van artikel 20, 9°, van de Hypotheekwet ook de verkrijging van een titel tegen die aansprakelijke of tegen zijn erfgenamen veronderstelt, en zonder te onderzoeken of de [vierde en de vijfde verweerders], zoals [de eiseres] in haar conclusie aanvoerde, de hun bij de polis opgelegde verplichtingen niet waren nagekomen en derhalve van het voordeel ervan waren uitgesloten (schending van de in het middel bedoelde wettelijke bepalingen, met uitzondering van het algemeen beginsel van het recht van verdediging).

(...)

III. BESLISSING VAN HET HOF
(...)

Tweede middel
(...)

Eerste onderdeel

Luidens artikel 2, § 1, eerste lid, Wet Landverzekeringsovereenkomst, is die wet van toepassing op alle landverzekeringen voor zover er niet wordt van afgeweken door bijzondere wetten.

Nog volgens het tweede lid is zij niet van toepassing op de herverzekering of op de verzekeringen van goederenvervoer, met uitzondering van de bagage- en verhuisverzekering.

Uit die bepalingen volgt dat de Wet Landverzekeringsovereenkomst weliswaar niet van toepassing is op de verzekeringen inzake zeevaart of binnenvaart, die door bijzondere wetten geregeld worden, maar wel van toepassing is op de lucht-vaartverzekeringen, met uitzondering van de verzekeringen van goederenvervoer.

De tijdens de parlementaire voorbereiding van die wet afgelegde verklaringen, volgens welke de luchtvaartverzekeringen uit het toepassingsgebied van die wet gesloten zouden zijn, kunnen geen voorrang krijgen op de duidelijke bewoordin-gen van de wet.

Aangezien uit de vaststellingen van het arrest blijkt dat de litigieuze verzekering geen verzekering van goederenvervoer is in de zin van artikel 2, § 1, tweede lid, Wet Landverzekeringsovereenkomst, beslist het arrest naar recht dat de eerste drie verweerders "handelen overeenkomstig artikel 86 van [die] wet, dat de benadeelde een eigen recht tegen de verzekeraar geeft", dat "de [door de eiseres] ver-schuldigde vergoeding hun toekomt [...], met uitsluiting van de andere schuldeisers van de verzekerde (artikel 86, tweede lid)" en dat er bijgevolg geen grond bestaat om "te onderzoeken of de [vierde en de vijfde verweerders] in voorkomend geval geen dekking meer zouden genieten ingeval zij zouden worden veroordeeld in het kader van de tegen hen subsidiair ingestelde rechtsvordering".

Geen van de onderdelen kan worden aangenomen.

Dictum
Het Hof,
Verwerpt het cassatieberoep.
Veroordeelt de eiseres tot de kosten.
Aldus geoordeeld door het Hof van Cassatie, eerste kamer, te Brussel, en in openbare terechtzitting van 18 december 2015 uitgesproken

C.14.0185.F
Conclusions de l'avocat général Leclercq:

1. Il résulte de l'arrêt attaqué que les principales circonstances de la cause utiles à l'examen du pourvoi peuvent être brièvement résumées comme suit.

En vertu d'une police "aéronef", la demanderesse, AVIABEL, couvrait notamment la responsabilité civile du pilote d'un aéronef Cirrus SR 22 immatriculé aux Etats-Unis.

L'avion s'est écrasé le 24 avril 2009 sur une montagne lors d'un vol parti de Marrakech pour rejoindre Ouarzazate. Le pilote et les trois autres personnes à bord ont péri dans l'accident.

Le litige oppose la compagnie d'assurances aviation précitée, les enfants du pilote et des membres de la famille d'une des victimes.

L'arrêt attaqué dit que le pilote décédé est responsable de l'accident d'avion, décide que son assureur en responsabilité civile, AVIABEL, doit couvrir le sinistre et condamne AVIABEL à payer diverses indemnités aux membres concernés de la famille de la victime précitée.

Deux moyens sont proposés à l'appui du pourvoi de la demanderesse, AVIABEL.

2. Le premier moyen invoque la violation des articles 1319, 1320 et 1322 du Code civil.

Je suis d'avis que le premier moyen ne peut être accueilli pour les raisons qui sont exposées dans le mémoire en réponse des quatrième et cinquième parties défenderesses (les enfants du pilote décédé) et auxquelles je me rallie.

3. Le second moyen invoque la violation de l'article 2 et de l'article 86 (actuellement abrogé au 1er novembre 2014 par la loi du 4 avril 2014, art. 347) de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d'assurance terrestre, la violation de l'article 20, 9°, de la loi hypothécaire du 16 décembre 1851 et la violation du principe général du droit relatif au respect des droits de la défense.

Le second moyen fait en substance grief à l'arrêt attaqué de décider que seule la demanderesse est tenue d'indemniser les membres concernés de la famille d'une des victimes.

4. Le second moyen, en sa seconde branche, invoque la violation du principe général du droit relatif au respect des droits de la défense.

Je suis d'avis que le second moyen, en sa seconde branche, ne peut être accueilli pour les raisons qui sont exposées dans le mémoire en réponse des première, deuxième et troisième parties défenderesses (les membres concernés de la famille d'une des victimes) et auxquelles je me rallie.

5. Le second moyen, en sa première branche, invoque la violation des dispositions des lois indiquées ci-dessus(1).

Le second moyen, en sa première branche, soutient que la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d'assurance terrestre ne s'applique qu'aux assurances terrestres et pas aux assurances aériennes, du type de celle souscrite en l'espèce par le pilote décédé, qui demeurent soumises aux règles énoncées par la loi du 11 juin 1874 qui ne fait pas naître une action directe au profit des personnes lésées contre l'assureur du responsable. Partant, suivant le moyen, en cette branche, l'arrêt attaqué ne pouvait condamner AVIABEL, la demanderesse, sans condamner aussi au préalable les héritiers du pilote décédé et sans examiner si les enfants du pilote avaient violé les obligations que la police leur imposait et étaient, dès lors, déchus du bénéfice de ladite police.

6. J'incline à penser que le second moyen, en sa première branche, manque en droit ou, à tout le moins, ne peut être accueilli.
La question soumise à l'examen de votre Cour est délicate.

Aux termes de l'article 2, § 1er, de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d'assurance terrestre, d'une part, ladite loi s'applique à toutes les assurances terrestres dans la mesure où il n'y est pas dérogé par des lois particulières et, d'autre part, elle ne s'applique ni à la réassurance ni aux assurances des transports de marchandises, assurances bagages et déménagements exceptées.

Certes, il est exact que: A) dans mes conclusions avant l'arrêt de votre Cour du 16 septembre 2011, j'ai notamment écrit, d'une part, que des travaux préparatoires de la loi du 25 juin 1992, on peut uniquement déduire qu'en recourant à la notion d' "assurance terrestre", le législateur a entendu signaler que la loi ne s'applique pas aux assurances maritimes et aux assurances aériennes, auxquelles la loi du 11 juin 1874 demeure applicable, et, d'autre part, qu'eu égard aux considérations contenues dans mes conclusions, on peut soutenir que la notion de "contrat d'assurance terrestre" ne doit pas être comprise au sens strict et que la loi du 25 juin 1992 est devenue la législation de base pour toutes les assurances qui n'ont pas été exclues de son champ d'application, ce qui s'est expressément produit pour la réassurance et les assurances des transports de marchandises et implicitement mais certainement pour les assurances maritimes, les assurances fluviales et les assurances aériennes(2); B) certains juges du fond décident que la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d'assurance terrestre n'est pas d'application aux assurances aviation sans qu'il y ait lieu d'avoir égard à la question de savoir si celles-ci sont des assurances de choses, des assurances responsabilité ou des assurances de personnes; ces assurances restent régies par la loi du 11 juin 1874 sur les assurances dans la mesure où il n'y est pas dérogé par des lois particulières(3).

On relèvera cependant: A) que les termes de l'article 2, § 1er, de la loi du 25 juin 1992 n'excluent en tout cas pas du champ d'application de cette loi les assurances de petits avions de plaisance comme en l'espèce; B) que la situation terre ferme-air de ces petits avions de plaisance est, on en conviendra, différente de celle des avions exploités intensivement; de tels petits avions de plaisance passent sans doute plus de temps à terre que dans les cieux, tout à l'inverse, par exemple, des avions des transporteurs low-cost(4) qu'il y a donc des risques pour partie dans les airs et pour partie (certainement non négligeable) sur la terre ferme; C) qu'on constate de plus en plus, me semble-t-il, l'existence d'une tendance à une sorte de "statut" spécifique aux petits aéronefs(5).

Ces considérations me conduisent à ne pas suivre l'opinion de la demanderesse et, dans un souci de cohérence, à proposer dès lors à votre Cour d'étendre aux assurances des petits avions de plaisance la doctrine de son arrêt du 16 septembre 2011 en matière d'assurances des bateaux de plaisance(6). Dans cet arrêt, votre Cour a décidé que la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d'assurance terrestre est applicable au contrat d'assurance de bateau de plaisance.

Je me résume: selon moi, la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d'assurance terrestre est applicable au contrat d'assurance de petit avion de plaisance (L. du 25 juin 1992, art. 2, § 1er).
Conclusion: rejet.
____________________
(1) Voir supra, n° 3.
(2) Concl. MP avant Cass. 16 septembre 2011, RG C.10.0577.F, Pas. 2011, n° 478, spécialement pp. 1987 et 1988.
(3) Bruxelles 10 novembre 2009, R.D.C. 2011/2 - février 2011, p. 151.
(4) comp. J. LIBOUTON, "Les assurances aériennes", in Liber Amicorum Michel MAHIEU, Bruxelles, Larcier, 2008, p. 253.
(5) Voir Riom 11 mars 2015, Rev. Fr. dr. Aérien et spatial 2015, n° 1, p. 102, commentaire T. MAZOYER; concl. de M. SZPUNAR, avocat général, présentées à la C.J.U.E. le 20 mai 2015, Affaire C-240/14, Eleonore Prüller-Frey c. Norbert Brodnig, Axa Versicherung AG.
(6) Voir Cass. 16 septembre 2011, RG C.10.0577.F, Pas. 2011, n° 478, avec concl. MP.
 

Noot: 

• Revue de Droit Commercial Belge [R.D.C.] LIBOUTON, Jacques; Note 'La loi applicable aux assurances aériennes' 2016, n° 6, p. 560-563.
• Revue Générale des Assurances et des Responsabilités [RGAR] KESTELOOT, Jean-Pierre; Note 'La loi applicable aux assurances aériennes: un revirement surprenant de la jurisprudence de la Cour de cassation' 2016, n° 5, p. 15299(1)-15299(6).

Gerelateerd
Aangemaakt op: za, 02/09/2017 - 15:38
Laatst aangepast op: za, 02/09/2017 - 15:38

Hebt u nog een vraag?

Hebt u nog een vraag in dit verband, klik dan hier om uw vraag aan ons te stellen, of meteen een afspraak te maken voor een consultatie.

Aanvulling

Heeft u een suggestie, aanvulling of voorstel tot correctie met betrekking tot deze pagina? Gebruik dit adres om het te melden.