-A +A

Kapitalisatie morele schade

Printervriendelijke versiePrintervriendelijke versieVerstuur naar een vriendVerstuur naar een vriend
Instantie: Hof van Cassatie
Datum van de uitspraak: 
woe, 19/11/2014
A.R.: 
P.14.1121.F

De rechter kan de morele schade van een slachtoffer vergoeden door gebruik te maken van de kapitalisatiemethode; het is hem niet verboden te oordelen dat die berekeningswijze de meest objectieve is om een vaste schade waarvan de dagwaarde gekend is, te extrapoleren naar de toekomst, zelfs als ze forfaitair werd vastgesteld (1). (1) Zie concl. OM in Pas. 2014, nr. ....

Publicatie
tijdschrift: 
juridat

Nr. P.14.1121.F
R. C.,

tegen
AXA BELGIUM nv,

I. RECHTSPLEGING VOOR HET HOF
Het cassatieberoep is gericht tegen het vonnis in hoger beroep van de correctionele rechtbank te Aarlen van 21 mei 2012.
De eiser voert in een memorie die aan dit arrest is gehecht, twee middelen aan.

Eerste advocaat-generaal Jean-François Leclercq heeft op 29 oktober 2014 een conclusie neergelegd op de griffie.

Op de rechtszitting van 19 november 2014 heeft raadsheer Benoît Dejemeppe ver-slag uitgebracht en heeft de voornoemde eerste advocaat-generaal geconcludeerd.

II. BESLISSING VAN HET HOF

Beoordeling

Eerste middel
Het vonnis wordt verweten dat het ter bepaling van de blijvende morele schade de kapitalisatie op een forfaitaire dagbasis die de eiser voorstelt, afwijst.

Het vonnis oordeelt dat het aanwenden van de kapitalisatiemethode verantwoord is wanneer de rechtbank over een vaste en objectieve basis beschikt en niet ver-antwoord is wanneer de basis zelf op forfaitaire wijze wordt geraamd, waardoor die methode een gemengd en kunstmatig karakter zou krijgen.

De rechter kan de morele schade van een slachtoffer vergoeden door gebruik te maken van de kapitalisatiemethode. Het is hem niet verboden te oordelen dat die berekeningswijze objectiever is om een vaste schade waarvan de dagwaarde ge-kend is te extrapoleren naar de toekomst, zelfs als ze forfaitair werd vastgesteld.

Met de hierboven vermelde redengeving, die eigenlijk oordeelt dat de rechter de kapitalisatiemethode niet mag toepassen, schendt het vonnis artikel 1382 Burger-lijk Wetboek.

Het middel is gegrond.

Tweede middel

Tweede onderdeel

De eiser verwijt de appelrechters dat ze zijn vordering hebben afgewezen tot ver-goeding van de materiële schade die voortvloeit uit de aantasting van de geschikt-heid tot het vervullen van huishoudelijke taken tijdens het tijdvak van blijvende arbeidsongeschiktheid.

Het recht op de vergoeding van die schade hangt niet af van de gezinstoestand van het slachtoffer. De huishoudelijke, kostenbesparende, activiteit van het slachtoffer maakt immers een economische waarde uit waarvan het verlies kan worden vergoed.

Door die vordering af te wijzen, op grond dat de eiser zijn huidige of toekomstige toestand van huishoudelijk samenwonen niet aantoont, maken de appelrechters het recht op de volledige vergoeding van de blijvende huishoudelijke schade afhanke-lijk van een voorwaarde die dat recht niet bevat en schenden ze bijgevolg artikel 1382 Burgerlijk Wetboek.

Het middel is gegrond.

Dictum
Het Hof,
Vernietigt het bestreden vonnis in zoverre het uitspraak doet over de vergoeding van de blijvende morele en huishoudelijke schade.
Verwerpt het cassatieberoep voor het overige.
Beveelt dat van dit arrest melding zal worden gemaakt op de kant van het gedeel-telijk vernietigde vonnis.
Veroordeelt de eiser tot de helft van de kosten en de verweerster tot de andere helft.
Verwijst de aldus beperkte zaak naar de correctionele rechtbank te Luxemburg, anders samengesteld, zitting houdende in hoger beroep.


P.14.1121.F.
Conclusions de M. le premier avocat général J.F. LECLERCQ.
1. Il résulte des pièces auxquelles votre Cour peut avoir égard que le pourvoi est dirigé contre le jugement du tribunal correctionnel d'Arlon du 21 mai 2012 statuant en degré d'appel, devenu actuellement définitif, en cause du demandeur, partie civile, et de la défenderesse, partie intervenue volontairement, assureur de l'auteur responsable de l'accident de roulage dont le demandeur a été victime.
Deux moyens sont proposés à l'appui du pourvoi.
2. Le premier moyen fait grief au jugement attaqué de fixer le dommage moral permanent du demandeur à 18.558 euros à majorer des intérêts compensatoires (2%) depuis le 1er septembre 2005 et moratoires jusqu'à complet paiement.
Le premier moyen soutient que le jugement attaqué, à tort, "rejette la méthode de capitalisation préconisée par le demandeur (et) fixe ex aequo et bono le préjudice moral permanent du demandeur". Le moyen fait valoir que "si le juge du fond apprécie en fait l'existence d'un dommage causé par un acte illicite et le montant destiné à le réparer intégralement et s'il peut recourir à une évaluation ex aequo et bono, c'est à la condition d'indiquer les raisons concrètes pour lesquelles le mode de calcul préconisé par la victime ne peut être admis et constate, en outre, l'impossibilité de déterminer autrement le dommage tel qu'il est caractérisé". Selon le moyen, "le jugement attaqué, (qui ne respecte pas ces règles), méconnaît les dispositions visées au moyen", c'est-à-dire les articles 1382 et 1383 du Code civil et les articles 418 et 420 du Code pénal.
3. Je suis d'avis que le premier moyen est fondé dans la mesure suivante.
Le juge évalue in concreto le préjudice causé par un fait illicite et il peut recourir à une évaluation en équité du dommage, mais à la condition qu'il indique les motifs pour lesquels il ne peut admettre le mode de calcul proposé par la victime et qu'il constate en outre l'impossibilité de déterminer autrement le dommage (Cass. 17 février 2012, RG C.11.0451.F, Pas. 2012, n° 120, avec concl. de M. Werquin, avocat général; voir Cass. 18 avril 2011, RG C.10.0548.F, Pas. 2011, n° 263).
L'indemnisation du dommage moral permanent n'échappe pas à l'application de ces règles car le juge peut réparer le dommage moral de la victime en utilisant la méthode de capitalisation (Cass. 15 septembre 2010, RG P.10.0476.F, Pas. 2010, n° 522; voir Cass. 17 février 2012, RG C.11.0451.F, Pas. 2012, n° 120, motifs spécialement la réponse au premier moyen laquelle concerne aussi l'indemnisation d'un dommage moral permanent, avec concl. de M. Werquin, avocat général).
Le jugement attaqué, qui ne constate pas l'impossibilité de déterminer le dommage autrement qu'en appliquant une méthode d'évaluation forfaitaire et qui décide que l'indemnisation par capitalisation ne doit pas être appliquée dans le cas de l'indemnisation du dommage moral, me paraît violer les articles 1382 et 1383 du Code civil.
4. Le second moyen fait grief au jugement attaqué de rejeter la demande du demandeur relative à la réparation de son dommage ménager permanent.
Le second moyen, en sa seconde branche, soutient que contrairement à ce que le jugement attaqué considère, "ce droit à réparation ne dépend pas de la situation familiale de la victime, seule l'étendue de cette réparation étant tributaire de la composition du ménage de cette victime".
5. Je suis d'avis que le second moyen, en sa seconde branche, est fondé dans la mesure suivante.
Constitue un préjudice matériel donnant lieu à réparation, l'impossibilité d'effectuer des tâches ménagères habituelles ou la nécessité de consentir des efforts supplémentaires pour les réaliser, en raison d'une incapacité de travail causée par la faute d'autrui (Voir Cass. 7 janvier 1999, RG C.97.0425.F, Pas. 1999, n° 7).
Contrairement à ce que le jugement attaqué considère, le droit à la réparation de ce préjudice est étranger à la question "que la partie civile (le demandeur), dans ses conclusions d'appel, n'établit en rien sa mise en ménage actuelle ou future avec une tierce personne".
Le jugement attaqué viole, selon moi, les articles 1382 et 1383 du Code civil.
6. Il y a lieu, d'une part, de casser le jugement attaqué en tant qu'il statue sur le dommage moral permanent et le dommage ménager permanent du demandeur, et, d'autre part, de rejeter le pourvoi pour le surplus.
7. Il apparaît sans intérêt d'examiner le second moyen, en sa première branche, qui ne pourrait entraîner ni une cassation sans renvoi ni une cassation plus étendue.
8. Le demandeur sera condamné à une partie des frais.
Conclusion: cassation partielle et rejet pour le surplus.

 

Gerelateerd
Aangemaakt op: do, 06/10/2016 - 20:40
Laatst aangepast op: do, 06/10/2016 - 20:40

Hebt u nog een vraag?

Hebt u nog een vraag in dit verband, klik dan hier om uw vraag aan ons te stellen, of meteen een afspraak te maken voor een consultatie.

Aanvulling

Heeft u een suggestie, aanvulling of voorstel tot correctie met betrekking tot deze pagina? Gebruik dit adres om het te melden.