-A +A

Hoger Beroep met grievenformulier geen uitbreiding van grieven

Printervriendelijke versiePrintervriendelijke versieVerstuur naar een vriendVerstuur naar een vriend
Instantie: Hof van Cassatie
Datum van de uitspraak: 
woe, 21/12/2016
A.R.: 
P.16.1116.F

Uit de parlementaire voorbereiding van de wet van 5 februari 2016 blijkt dat het beginsel van het hoger beroep op grieven de aanhangigmaking bij de appelrechter bepaalt en dat de daarin bepaalde uitzonderingen niet ertoe kunnen leiden dat de appelrechter die aanhangigmaking uitbreidt door ambtshalve een middel op te werpen met betrekking tot een strafbaar feit dat niet in het hoger beroep wordt bedoeld; de appelrechter, die beslist opnieuw uitspraak te doen over de strafvordering met betrekking tot feiten van een telastlegging welke niet in de grieven worden bedoeld, overschrijdt aldus de perken van de bij hem aanhangig gemaakte zaak.

Publicatie
tijdschrift: 
RABG
Uitgever: 
Larcier
Jaargang: 
2017/13
Pagina: 
1039
In bibliotheek?: 
Dit item is beschikbaar in de bibliotheek van advocatenkantoor Elfri De Neve

(Procureur général près la cour de Mons / W.X. - Rolnr.: P.16.1116.F)

I. Rechtspleging voor het Hof
Het cassatieberoep is gericht tegen het arrest van het hof van beroep te Bergen, sociale strafkamer, van 12 oktober 2016.

De eiser voert in een memorie die aan dit arrest is gehecht, twee middelen aan.

Advocaat-generaal Michel Nolet de Brauwere heeft op 15 december 2016 een conclusie neergelegd op de griffie.

Op de rechtszitting van 21 december 2016 heeft raadsheer Tamara Konsek verslag uitgebracht en heeft de voornoemde advocaat-generaal geconcludeerd.

II. Beslissing van het Hof
Beoordeling
(…)

Tweede middel
Het middel voert schending aan van artikel 210, tweede lid Wetboek van Strafvordering. Het verwijt de appelrechters de verweerder te hebben vrijgesproken van de telastlegging III, namelijk de niet-toezending, als werkgever, aan de Rijksdienst voor Sociale Zekerheid, van een verantwoordingsstaat voor het bedrag van de verschuldigde socialezekerheidsbijdragen voor een onbekende van Aziatische origine, hoewel noch het grievenformulier van de eiser noch dat van de verweerder die telastlegging vermeldt.

Het arrest oordeelt dat het met toepassing van artikel 210 Wetboek van Strafvordering, gewijzigd bij wet van 5 februari 2016, aan het hof van beroep staat om ambtshalve het middel op te werpen dat is afgeleid uit de tegenstrijdigheid die zou bestaan tussen de vrijspraak voor de telastlegging I, in zoverre deze betrekking heeft op twee niet-geïdentificeerde werknemers, en de veroordeling van de verweerder voor de telastlegging III, in zoverre die betrekking heeft op een onbekende van Aziatische origine. Bijgevolg spreekt het arrest de eiser van de laatste telastlegging vrij.

Volgens artikel 204 Wetboek van Strafvordering, zoals gewijzigd door de wet van 5 februari 2016, bepaalt het verzoekschrift in hoger beroep nauwkeurig de grieven die tegen het vonnis worden ingebracht, met inbegrip van de procedurele grieven.

Artikel 210, tweede lid van datzelfde wetboek bepaalt:

“Behoudens de grieven opgeworpen zoals bepaald in artikel 204, kan de beroepsrechter slechts de grieven van openbare orde ambtshalve opwerpen die betrekking hebben op de substantiële of op straffe van nietigheid voorgeschreven vormen dan wel op:

zijn bevoegdheid;
de verjaring van de feiten die bij hem aanhangig zijn gemaakt;
het gegeven dat de feiten die bij hem wat betreft de schuldvraag aanhangig zijn gemaakt, geen misdrijf zijn of de noodzaak om deze feiten te herkwalificeren of een niet te herstellen nietigheid die het onderzoek naar deze feiten aantasten.”
Uit de parlementaire voorbereiding van de wet van 5 februari 2016 blijkt dat het beginsel van het hoger beroep op grieven de aanhangigmaking bij de appelrechter bepaalt en dat de daarin bepaalde uitzonderingen niet ertoe kunnen leiden dat de appelrechter die aanhangigmaking uitbreidt door ambtshalve een middel op te werpen betreffende een strafbaar feit dat niet in het hoger beroep wordt bedoeld.

Het arrest stelt vast dat het hoger beroep van de verweerder gericht is tegen de schuldigverklaring aan de telastlegging I, tegen de strafmaat alsook tegen de niet-toepassing van het uitstel of de opschorting van de uitspraak van de veroordeling en dat het hoger beroep van het Openbaar Ministerie enkel tegen dat laatste punt gericht is.

De appelrechters die beslissen om opnieuw uitspraak te doen op de strafvordering voor de feiten van de telastlegging III, welke niet in die grieven zijn bedoeld, overschrijden de perken van de bij hen aanhangig gemaakte zaak.

Het middel is gegrond.

Ambtshalve onderzoek van de beslissing
Voor het overige zijn de substantiële of op straffe van nietigheid voorgeschreven rechtsvormen in acht genomen en is de beslissing overeenkomstig de wet gewezen.

Aangezien de schuldigverklaring aan de telastlegging I niet wordt vernietigd, in zoverre die telastlegging drie geïdentificeerde werknemers betreft, wordt de cassatie beperkt zoals hieronder vermeld.

De vernietiging van de schuldigverklaringen aan de telastleggingen I en III, zoals beperkt, leidt tot vernietiging van de beslissingen over de straf en over de bijdrage aan het Bijzonder Fonds tot hulp aan de slachtoffers van opzettelijke gewelddaden.

Dictum

Het Hof,

Vernietigt het bestreden arrest in zoverre het de verweerder vrijspreekt van de telastlegging I, wat de twee onbekende werknemers van Afrikaanse en Aziatische origine betreft, in zoverre het arrest de verweerder gedeeltelijk vrijspreekt van de telastlegging III en in zoverre het uitspraak doet over de straf en de bijdrage aan het Bijzonder Fonds tot hulp aan de slachtoffers van opzettelijke gewelddaden.

Verwerpt het cassatieberoep voor het overige.

Beveelt dat van dit arrest melding zal worden gemaakt op de kant van het gedeeltelijk vernietigde arrest. Laat de helft van de kosten ten laste van de Staat, houdt de beslissing over de andere helft aan en laat deze over aan de verwijzingsrechter. Verwijst de aldus beperkte zaak naar het hof van beroep te Luik.

P.16.1116.F
Conclusions de l'avocat général Nolet de Brauwere:

Le pourvoi est dirigé contre un arrêt rendu le 12 octobre 2016 par la cour d'appel de Mons, chambre pénale sociale.

I. Antécédents de la procédure

Il résulte de l'arrêt attaqué que les principales circonstances de la cause utiles à l'examen du pourvoi peuvent être résumées comme suit.

Le défendeur est poursuivi, sur citation directe de l'auditeur du travail, du chef de, en 2005:

I. défaut de déclaration immédiate de l'emploi, dite "Dimona(1)", quant à cinq travailleurs, soit trois hommes identifiés, "un inconnu d'origine africaine" et "un inconnu d'origine asiatique" (article 181 du Code pénal social);

II. occupation de main-d'œuvre étrangère non autorisée au séjour de plus de trois mois, soit les trois personnes identifiées visées sub I (article 181 du Code pénal social);

III. non-transmission à I'ONSS de la déclaration justificative du montant des cotisations de sécurité sociale (article 223 du Code pénal social) à l'égard de trois travailleurs, soit deux des personnes identifiées et l'un des inconnus visés ci-dessus.

Par jugement rendu contradictoirement le 7 mars 2016, il est condamné du chef de l'ensemble de ces préventions par le tribunal de première instance du Hainaut, division de Charleroi.

Par déclarations faites respectivement les 22 mars et 1er avril 2016, le défendeur et l'auditeur du travail interjettent appel du jugement.

Le formulaire de grief complété conformément à l'article 204 du Code d'instruction criminelle(2) par le défendeur vise la déclaration de culpabilité ("prévention I - trois travailleurs concernés et non cinq"), le taux de la peine infligée ("amende trop élevée") et la non-application du sursis ou de la suspension ("sursis partiel insuffisant"). Celui du ministère public vise uniquement l'octroi du sursis simple partiel.

Statuant sur ces appels, l'arrêt attaqué confirme le jugement entrepris sous trois émendations; l'une d'elles limite la condamnation du chef des préventions I et (sur un moyen pris d'office) III aux "travailleurs identifiés" et en acquitte le défendeur en ce qu'elles visent des "inconnus".

Le ministère public forme un pourvoi le 26 octobre 2016.

II. Examen du pourvoi

a) Quant au premier moyen, pris de la violation des articles 103 et 181 du Code pénal social

Le demandeur fait grief à l'arrêt attaqué d'avoir acquitté le défendeur du chef d'omission de déclaration immédiate de l'emploi, dite "Dimona" (prévention I), dans la mesure où cette prévention vise deux travailleurs désignés comme "un inconnu d'origine asiatique" et "un inconnu d'origine africaine", les juges d'appel motivant cet acquittement partiel par la circonstance que "l'identification précise" de ces deux travailleurs - sur les cinq visés - n'a pu être précisée par l'accusation.

L'article 181 du Code pénal social sanctionne l'employeur, son préposé ou son mandataire qui ne respecte pas les obligations relatives à la déclaration immédiate de l'emploi et précise que "l'amende est multipliée par le nombre de travailleurs concernés"(3).

L'arrêt énonce que "les éléments du dossier répressif démontrent bien que le prévenu a occupé trois travailleurs clairement identifiés dans le cadre d'une activité qu'il a mise en place. (...)

Par ailleurs, l'infraction ‘Dimona' est obligatoirement liée à un coefficient multiplicateur correspondant au nombre de travailleurs en infraction, lesquels doivent être clairement identifiés dès l'ordre de citer, sous peine:

- à titre principal de ne pas permettre l'application dudit coefficient multiplicateur,

- à titre subsidiaire: de ne pas permettre à l'employeur concerné de se défendre de ce type de prévention.

Enfin, le libellé même de l'article 103 du Code pénal social, en opérant pour la multiplication de l'amende et par le biais d'une énumération, une distinction entre ‘travailleurs, candidats travailleurs, enfants, stagiaire, indépendants ou stagiaires indépendants', suppose implicitement qu'il doit s'agir de personnes identifiées ou identifiables afin, précisément, de permettre de vérifier si elles entrent ou non dans les catégories visées à la disposition susvisée.

En l'espèce, l'identification précise de deux travailleurs sur les cinq visés n'apparaît pas de l'ordre de citer et n'a pas été précisée par l'accusation à qui incombe la charge de la preuve (...).

Par conséquent, la prévention I de ‘Dimona' est dite établie pour les seuls trois travailleurs identifiés, le prévenu étant acquitté du surplus de la prévention en ce qu'elle vise ‘un inconnu d'origine asiatique' et ‘un inconnu d'origine africaine'"(4).

L'arrêt fonde donc l'acquittement quant à deux des cinq travailleurs sur la seule considération que leur "identification précise" n'a pas été précisée; il ne constate nullement que la preuve de la commission de l'infraction quant aux cinq travailleurs distincts "concernés" ne serait pas rapportée à suffisance.

Il me paraît que "l'identification" visée par l'arrêt doit être comprise au sens de "reconnaissance du point de vue de l'état civil"(5).

Or, la loi punit l'infraction "Dimona" commise quant à un "travailleur"(6) et soumet l'application du coefficient multiplicateur à la détermination du nombre de "travailleurs concernés"(7), mais non à la condition que ces "travailleurs concernés" soient "clairement identifiés" au sens précisé ci-dessus(8).

Une telle exigence conduirait à ne pas pouvoir poursuivre du chef de l'infraction "Dimona" en cas d'incertitude quant à l'identité exacte d'un ou plusieurs travailleurs non déclarés, voire, comme le relève le demandeur, à "suggérer aux employeurs de ne jamais chercher à identifier leurs travailleurs afin de se mettre à l'abri de toutes poursuites du chef de l'infraction précitée", ce qui ne peut avoir été l'intention du législateur.

De même, la loi de requiert nullement, pour que soit punissable un fait de tentative de vol à la tire, que la victime soit identifiée; or, il n'est pas rare que celle-ci, inconsciente des faits, ne le soit jamais.

Enfin, contrairement à ce qu'énonce l'arrêt, l'énumération, dans l'article 103 du Code pénal social, des catégories de personnes concernées par le coefficient multiplicateur s'explique par le fait que les dispositions prévoyant une multiplication de l'amende par le nombre de personnes concernées visent ces différentes catégories. Elle n'implique nullement que les personnes concernées doivent être "identifiées ou identifiables".

Ajoutant une condition d'incrimination à celles prévue par l'article 181 du Code pénal social, l'arrêt ne motive pas légalement sa décision au regard de cette disposition.

Le moyen est fondé.

b) Quant au second moyen, pris de la violation de l'article 210, alinéa 2, du Code d'instruction criminelle

Le demandeur fait reproche aux juges d'appel d'avoir outrepassé leur saisine en acquittant le défendeur du chef d'une partie de la prévention III - soit dans la mesure où celle-ci vise "un inconnu d'origine asiatique" - en se fondant sur un moyen pris d'office, cette prévention n'étant visée ni par le formulaire de griefs d'appel du ministère public, ni par celui du défendeur.

L'article 210(9), alinéa 2, du Code d'instruction criminelle énonce,:

"Outre les griefs soulevés comme prescrit à l'article 204(10), le juge d'appel ne peut soulever d'office que les moyens d'ordre public portant sur les formalités substantielles ou prescrites à peine de nullité ou sur:

- sa compétence;

- la prescription des faits dont il est saisi;

- l'absence d'infraction que présenteraient les faits dont il est saisi quant à la culpabilité ou la nécessité de les requalifier ou une nullité irréparable entachant l'enquête portant sur ces faits."

Cette disposition, combinée à l'article 204 du même code, interdit sans ambiguïté au juge d'appel de remettre en cause d'office la culpabilité du prévenu du chef de préventions non visées par un grief indiqué dans le formulaire ad hoc(11).

Les travaux parlementaires ne laissent aucune place au doute sur l'intention du législateur à cet égard.

Ainsi, l'exposé des motifs précise explicitement que "seuls les griefs soulevés par les parties doivent être examinés par la juridiction d'appel. Par conséquent, l'examen de degré d'appel devra se limiter le cas échéant à certaines préventions ou à la peine.(...) Le devoir de qualifier exactement les faits ou de constater qu'ils ne constituent pas une infraction ne peut cependant amener le juge à outrepasser sa saisine en remettant en cause d'office la commission de faits non contestés par un grief avancé."(12)

Le ministre de la Justice a fourni les explications suivantes au Conseil d'Etat, qui s'interrogeait quant à l'effet direct, sur l'ampleur de la saisine du juge d'appel, de l'obligation de mentionner les griefs dans l'acte d'appel(13): "Le principe de l'appel sur griefs (art. 88 de l'avant-projet, art. 204 du CIC) implique, sous peine d'être vidé de sa substance, que le juge d'appel se limite en principe à l'examen des griefs invoqués par (l'appelant) dans le formulaire ad hoc.

Ainsi, si l'appel porte par exemple sur la culpabilité du chef d'une seule des préventions déclarées établies et sur la peine infligée pour l'ensemble de ces préventions, cette limitation empêche que le juge se penche sur la culpabilité du chef des autres de ces préventions, même si elles étaient prescrites au moment du jugement attaqué. En effet, il en est ainsi si le prévenu acquiesce au premier jugement ou limite son appel par exemple à une seule prévention frappée d'une peine distincte."

C'est à la suite des observations du Conseil d'Etat, qui recommandait, par souci de sécurité juridique, d'indiquer des précisions à cet égard dans le texte même de la loi, et pas seulement dans l'exposé des motifs, que la modification de l'article 210 du Code a été ajoutée au texte de l'avant-projet de loi.

L'arrêt énonce: "En application de l'article 210 du code d'instruction criminelle modifié par la loi du 5 février 2016, la cour soulève d'office le moyen tiré de la contradiction qui existerait entre l'acquittement prononcé ci-avant relativement à deux travailleurs non identifiés visés par la prévention I et la condamnation du prévenu du chef de la prévention III - non visée par son appel - en ce qu'elle porte sur un inconnu d'origine asiatique.

Pour les mêmes motifs que ceux développés ci-avant et fondés sur l'absence d'identification de ce travailleur, le prévenu sera acquitté de la prévention III en ce qu'elle porte sur un ‘inconnu d'origine asiatique".

Comme le relève l'arrêt, aucun des deux formulaires de griefs remis à l'appui des appels formés contre le jugement entrepris n'indique un grief contre la déclaration de culpabilité du défendeur du chef de la prévention III.

En ce qu'ils ont réformé partiellement le jugement entrepris en se fondant sur un moyen soulevé d'office alors qu'il ne figure pas dans les exceptions énumérées à l'article 210 du Code d'instruction criminelle, les juges d'appel ont outrepassé leur saisine.

Ce faisant, ils ont violé l'effet dévolutif de l'appel(14).

Le moyen est fondé.

c) Contrôle d'office concernant l'action publique

Pour le surplus, la décision paraît conforme à la loi.

III. Conclusion

Je conclus donc à la cassation de l'arrêt attaqué en tant qu'il acquitte le défendeur de la prévention I - soit dans la mesure où elle vise deux travailleurs inconnus d'origine africaine et asiatique - et de la prévention III - soit dans la mesure où elle vise un travailleur inconnu d'origine asiatique - et en tant qu'il statue sur la peine et sur la contribution au Fonds spécial d'aide aux victimes d'actes intentionnels de violence et au rejet du pourvoi pour le surplus.

Il n'y a pas lieu à renvoi en ce qui concerne la déclaration de culpabilité relative à la prévention III, en ce qu'elle vise un travailleur inconnu d'origine asiatique, dont les juges d'appel n'ont pas été saisis.
________________________
(1) Pour "Déclaration Immédiate/Onmiddellijke Aangifte".
(2) Tel que modifié par l'article 89 de la loi du 5 février 2016 modifiant le droit pénal et la procédure pénale et portant des dispositions diverses en matière de justice, dite "Pot-pourri II", entré en vigueur le 1er mars 2016 en vertu de son article 143, al. 1er.
(3) Article 181, §§1er et 2, alinéas 2 (identiques), du Code pénal social.
(4) Arrêt attaqué, pp. 7-8 (soulignements: par l'auteur des présentes conclusions).
(5) Petit Robert, éd. 1993.
(6) Article 181, §§ 1er et 2, alinéas 1ers, du Code pénal social.
(7) Article 181, §§ 1er et 2, alinéas 2 (identiques), du Code pénal social.
(8) De même, l'article 433septies, alinéa 2, du Code pénal, inséré par la loi du 24 juin 2013 portant répression de l'exploitation de la mendicité et de la prostitution, de la traite et du trafic des êtres humains en fonction du nombre de victimes, précise que "l'amende sera appliquée autant de fois qu'il y a de victimes". Les travaux parlementaires ne me paraissent guère éclairants. Ainsi, dans le rapport fait au nom de la Commission de la justice du 5 juin 2013, DOC 53-2818/02, p. 5, il est dit "Pour déterminer le nombre de victimes de traite, à l'instar du droit pénal social, on se réfèrera aux victimes reprises comme telles à l'ordre de citer et reconnue par le juge du fond comme victimes de traite. Concrètement, le parquet détermine, avec les services de police et d'inspection, qui sont les victimes. Ensuite, il lance citation et il reprend ces victimes dans son ordre de citer. Le juge apprécie si oui ou non elles sont victimes et il prend le nombre qu'il retient comme multiplicateur.".
(9) Tel que modifié par l'article 94 de la loi du 5 février 2016 modifiant le droit pénal et la procédure pénale et portant des dispositions diverses en matière de justice, dite "Pot-pourri II", entré en vigueur le 1er mars 2016 en vertu de son article 143, al. 1er.
(10) "A peine de déchéance de l'appel, la requête indique précisément les griefs élevés, y compris les griefs procéduraux, contre le jugement (...)"
(11) En ce sens: T. DE MEESTER e.a., Pot-pourri II, Strafrecht en Strafprocesrecht, Intersentia, 2016, p.146: "Duidelijk is wel dat de rechter in hoger beroep ambsthalve geen strafbare feit kan behandelen die door geen enkele partij wordt betwist" (traduction libre: "Il est clair que le juge d'appel ne peut se saisir d'un fait délictueux qui n'est contesté par aucune partie").
(12) DOC 54 1418/001, Exposé des motifs, pp. 87-88.
(13) DOC 54 1418/001, Avis du Conseil d'Etat, n° 67, pp. 295-296.
(14) Suivant l'adage "tantum devolutum, quantum appellatum"; voir M.-A. BEERNAERT, H.-D. BOSLY et D. VANDERMEERSCH, Droit de la procédure pénale, La Charte, Bruges, 7è éd., 2014, p. 1393 et s.; M. FRANCHIMONT, A. JACOBS et A. MASSET, Manuel de procédure pénale, Larcier, Bruxelles, 3è éd., Bruxelles, pp. 925 e.s.; R. DECLERCQ, Beginselen van Strafrechtspleging, Kluwer, 5è éd., 2010, n° 3440-3494.
 

Noot: 

Droit pénal de l'entreprise [Dr.pén.entr.] VRIELINCK, Marie-Hélène; Note sous cassation. 2017, n° 2, p. 145-149.

Gerelateerd
Aangemaakt op: di, 19/12/2017 - 10:06
Laatst aangepast op: di, 19/12/2017 - 10:06

Hebt u nog een vraag?

Hebt u nog een vraag in dit verband, klik dan hier om uw vraag aan ons te stellen, of meteen een afspraak te maken voor een consultatie.

Aanvulling

Heeft u een suggestie, aanvulling of voorstel tot correctie met betrekking tot deze pagina? Gebruik dit adres om het te melden.