-A +A

Bindende kracht dading ten aanzien van derden ondanks recht dat openbare orde raakt

Printervriendelijke versiePrintervriendelijke versieVerstuur naar een vriendVerstuur naar een vriend
Instantie: Arbeidshof
Datum van de uitspraak: 
maa, 18/01/2016
A.R.: 
S.15.0040.F

Wanneer ingevolge een dading een werkgever aan een werknemer een lagere opzegvergoeding toekent dan deze die uitgesproken werd door de arbeidsrechtbank in een vonnis dat nog vatbaar is voor hoger beroep en gegeven de mogelijkheid tot herziening van dit vonnis in graad van beroep en de werkgever afstand doet van zijn recht op hoger beroep, kan deze dading aan de RSZ als derde worden tegengeworpen omdat de derden de uitwerking van de dading tussen de contracterende partijen moeten erkennen. Dat het recht op socialezekerheidsbijdragen de openbare orde raakt, doet hieraan niet af.

contra zie deze link

Publicatie
tijdschrift: 
Rechtskundig Weekblad
Uitgever: 
intersentia
Jaargang: 
2017-2018
Pagina: 
786
In bibliotheek?: 
Dit item is beschikbaar in de bibliotheek van advocatenkantoor Elfri De Neve
AR nr. S.15.0040.F
RSZ t/ BVBA B.F.
I. Rechtspleging voor het Hof
Het cassatieberoep is gericht tegen een arrest van het Arbeidshof te Luik van 12 december 2014.
...
III. Beslissing van het Hof
Als een eindbeslissing over een geschil gewezen werd die alsnog vatbaar is voor hoger beroep en de procespartijen vervolgens een overeenkomst sluiten om dat geschil te beëindigen waarbij de ene partij afziet van de rechten die ze door die beslissing verkrijgt en de andere van het instellen van hoger beroep, geldt hun dading ten aanzien van derden die de uitwerking ervan tussen de contracterende partijen moeten erkennen.
Daaruit volgt dat, wanneer de dading, krachtens art. 2051 BW, enkel voor de partijen het recht doet ontstaan de herhaling van het geschil te beletten, derden niet meer kunnen aanvoeren dat de rechten van die partijen of van een van hen bepaald worden door het vonnis waarover de dading is gesloten.
Aangezien het voorwerp van die dading niet buiten de zaken valt waarover men kan beschikken, tast de omstandigheid dat de rechten waarop derden aanspraak maken de openbare orde raken, hun verplichting niet aan de externe uitwerking van de dading te eerbiedigen.
Het middel dat uitgaat van het tegendeel, faalt naar recht
S.15.0040.F
Conclusions de M. l'avocat général J.M. Genicot.
Sur le moyen unique de cassation.
Bref rappel et objet du litige.
Après un jugement non signifié du tribunal du travail de Gand du 1er décembre 2008 condamnant la défenderesse à payer à l'un de ses travailleurs une indemnité compensatoire de préavis correspondant à 9 mois de rémunérations - et sur le montant de laquelle le demandeur entend calculer les cotisations sociales dues par le défendeur - , la défenderesse et son travailleur décident de mettre fin à leur litige par une convention de transaction du 2 avril 2009 réduisant à 6 mois le montant de l'indemnité de préavis.
Les parties s'opposent sur l'appréciation de l'assiette du calcul des cotisations dues: montant de l'indemnité compensatoire correspondant à 9 mois de rémunérations sur la base du jugement, selon le demandeur ou à 6 mois sur la base de la transaction, selon la défenderesse.
Discussion.
Selon l'article 2044, du Code civil, "La transaction est un contrat par lequel les parties terminent une contestation née, ou préviennent une contestation à naître" et se font à cette fin mutuellement des concessions(1).
Dès lors que, suivant l'article 2056, du Code civil elle est nulle si elle est faite "sur un procès terminé par un jugement passé en force de chose jugée, dont les parties ou l'une d'elles n'avaient point connaissance", rien ne paraît pouvoir exclure sa conclusion dans une procédure non encore clôturée par un tel jugement. Elle est donc possible après un jugement revêtu de l'autorité de chose jugée mais susceptible d'appel, pour éviter, par l'échange éventuel de concessions réciproques à ce stade les aléas et le coût d'une procédure en degré d'appel.
Ainsi, conclue en cours de procédure même après un premier jugement susceptible d'appel, elle aura pour effet de dessaisir de plein droit le juge saisi (2) et d'empêcher toute réitération de la demande.
L'article 2051 dispose quant à lui que "La transaction faite par l'un des intéressés ne lie point les autres intéressés, et ne peut être opposée par eux". Cet article nous renvoie à l'article 1165 du même Code suivant lequel "Les conventions n'ont d'effet qu'entre les parties contractantes; elles ne nuisent point aux tiers, et elles ne lui profitent que dans les cas prévus par l'article 1121."(3)
Elle constitue une res inter alios acta dont les tiers - s'ils ne peuvent y voir le fondement d'un engagement de leur part - doivent cependant en reconnaître l'existence qui s'impose à eux comme un ensemble englobant les obligations respectives des parties elles-mêmes.
Dès lors que la défenderesse et son travailleur ont par leur transaction légalement dessaisi le juge de la contestation portée devant lui et réglé ainsi le sort de l'objet d'un litige dont ils pouvaient disposer, en l'espèce le montant d'une indemnité compensatoire de préavis après licenciement(4) (5), le demandeur qui en tant que tiers ne pouvait ignorer ni son existence ni dès lors sa portée, n'a, pas plus que ces parties elles-mêmes, le droit de se prévaloir d'un jugement alors susceptible d'appel et rendu dans le cours d'une procédure à laquelle il a été transactionnellement mis fin.
Le moyen qui soutient le contraire m'apparaît manquer en droit.
_____________________
(1) Cass. 31 octobre 2005, S.05.0007.F, Pas. 2005, n° 554; Cass. 26 septembre 1974, Bull. et Pas. 1975, I, 111.
(2) Cass. 21 mars 1990, Bull., 1990, III, n° 82; Cass. 1er octobre 1980, Bull., 1980, I, n° 236.
(3) P.A. FORIERS, "Aspects du contrat de transaction et du règlement transactionnel", in Les contrats spéciaux, Formation permanente de la C.U.P., vol. XXXIX, 1999, p. 26, n° 149.
(4) Cass. 14 décembre 1992, RG 8077, Pas. 1992, I, n° 792; Cass. 11 décembre 1980, Bull. et Pas. 1980, I, 672.
(5) Sur la possibilité de renoncer à la protection de l'article 82, de loi du 3 juillet 1978, tel qu'applicable à l'époque, après que le préavis ait été notifié: Cass. 13 octobre 1997, RG S.96.0176.F, Pas. 1997, n° 402.
Noot: 

Rechtspraak:

Cass. 18 november 2002, RW 2003 – 04, 98;

Rechtsleer:

D. Aguilar y Cruz, «Rémunération impayée et redevabilité des cotisations sociales» JTT 2016, 215-220.

 

Gerelateerd
Aangemaakt op: zo, 07/01/2018 - 11:52
Laatst aangepast op: zo, 07/01/2018 - 11:52

Hebt u nog een vraag?

Hebt u nog een vraag in dit verband, klik dan hier om uw vraag aan ons te stellen, of meteen een afspraak te maken voor een consultatie.

Aanvulling

Heeft u een suggestie, aanvulling of voorstel tot correctie met betrekking tot deze pagina? Gebruik dit adres om het te melden.